PARTAGER

Thierno Seydi, agent du footballeur Omar Daf nommé entraîneur intérimaire de Sochaux, ne tarit pas d’éloges sur l’ancien défenseur des Lions du Sénégal, qu’il présente comme un chantre  »de la fidélité et de l’humilité ». Il le voit de ce fait bousculer les normes du football français qui peine à donner leur chance aux joueurs d’origine africaine à la fin de leur carrière.

Etes-vous surpris de voir Omar Daf à ce niveau de responsabilité, vous qui l’avez recruté pour l’agence Mondial Promotion, ?

Alors pas du tout, toutes les personnes qui ont approché un tant soit peu ce footballeur, savaient qu’il était appelé à jouer un grand rôle au cours de sa carrière et après celle-ci. Tout était fait avec lui dans les règles de l’art, jamais un mot plus haut que l’autre. Dans un milieu où souvent le bling-bling, le m’as-tu vu, prenait le pas sur tout, lui détonnait. Il était rangé, discret et savait faire don de sa personne. Oui, je peux dire que je m’attendais à ce qu’il occupe ce poste et j’espère qu’il ira plus loin encore.

Comment étaient vos rapports d’agent à joueur ?

Je peux vous dire que depuis qu’il a signé avec nous en 1996, il n’a jamais changé d’agent. Et depuis son premier contrat, il n’en a pas signé de nouveau. Il est resté jusqu’à la fin de sa carrière de footballeur avec nous. C’est le footballeur idéal pour un agent et aussi pour ses dirigeants.

Vous le voyez devenir « une anomalie sympathique » sur le banc des clubs français comme l’a été Pape Diouf à la présidence de l’OM ?

C’est le plus grand mal qu’on pourrait lui souhaiter mais de toutes les façons, quand vous lisez les médiats français ou suivez les chaînes de télévision, c’est l’unanimité autour de sa personne. Des observateurs avertis se demandent d’ailleurs pourquoi Sochaux doit aller chercher l’oiseau rare alors qu’il a trouvé un technicien qui est écouté et respecté par les joueurs et dont le message passe bien. Il est clair que ce ne sera pas facile, parce qu’ils sont rares les entraîneurs d’origine africaine ayant fait leur trou dans les clubs français. Mais Omar (Daf) a tellement d’atouts entre ses mains qu’on peut mettre une pièce sur lui. Oui, il peut devenir une nouvelle anomalie sympathique.

APS