PARTAGER
augustin-senghor

 La Fédération sénégalaise de football (FSF) prend « très au sérieux » le match devant opposer le Sénégal à l’Ouganda, le 7 septembre prochain, en ce sens que cette rencontre comptant pour les éliminatoires du Mondial 2014 est susceptible de relancer les Lions après une année 2012 ratée, a déclaré Me Augustin Senghor, dans un entretien avec l’APS.

« L’année 2012 a été catastrophique avec une participation ratée à la CAN et une élimination à la coupe d’Afrique des nations 2013, même si cette élimination contre la Côte d’Ivoire n’est pas en soi une humiliation », a dit le président de la FSF.

Et c’est pourquoi, le match contre l’Ouganda, qualificatif pour le dernier tour des qualifications, « est pris très au sérieux », dans la mesure où il permettra de relancer l’équipe nationale A.

« Même si elle n’a pas dominé de la tête au pied son groupe de qualification, l’équipe nationale est restée à la première place pendant les cinq premiers matchs (de ces éliminatoires). Et avec ce qui avait été constaté récemment, elle a les moyens de demeurer en tête et d’engager la dernière partie des éliminatoires », a-t-il dit.

Sans vouloir se projeter sur le dernier tour des qualifications, le président de la FSF rappelle que celui-ci dépendra aussi du tirage au sort.

Dans le même cadre, le président Senghor a indiqué que la tournée de juin et le match du 14 août dernier, disputé contre la Zambie (1-1) en amical, ont permis de voir des signaux positifs.

« Tout cela reste à être confirmé contre l’Ouganda qui ne viendra pas en victime expiatoire », a ajouté le président de la FSF.

Leader de son groupe de qualification avec neuf points contre l’Ouganda (huit points), le Sénégal est qualifié au dernier tour éliminatoire de la coupe du monde 2014, en cas de résultat positif (un nul ou une victoire).

APS