PARTAGER
augustin-senghor

Me Augustin Senghor, réélu samedi dernier pour un nouveau mandat de quatre ans à la présidence de la Fédération sénégalaise de football (FSF), « a condamné les débordements’’ ayant accompagné la sortie du ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye lors de l’assemblée générale.

‘’Nous sommes des démocrates et des républicains et on ne peut pas se satisfaire de ce genre de comportement’’, a expliqué Me Senghor dans un entretien exclusif avec l’APS, ce jeudi.

N’ayant pas apprécié des commentaires du ministre sur la gestion du football sénégalais, des délégués l’ont hué à sa sortie de l’hôtel ayant abrité l’AG de la FSF.

Me Augustin Senghor dit pas être d’accord avec cette manière de faire, « même s’il y a à redire sur la sortie du ministre des Sports’’.

« A toute chose, il faut de la mesure et le problème sera évoqué lors de la prochaine réunion du Comité exécutif’’, a indiqué Me Augustin Senghor, relevant que depuis sa prise de fonction, les rapports avec le ministre des Sports se sont passés dans la plus grande courtoisie.

Si le contexte n’est pas approprié pour un tel discours, ceux qui ont lu notre programme ont compris que M. Ndiaye a fait siennes nos préoccupations allant dans le sens d’une modernisation de l’administration du football et le relèvement substantiel du budget de la FSF, a-t-il dit.

« Nous avons annoncé que notre ambition est de faire passer le budget de 1,5 à 3, voire 4 milliards de francs CFA’’, a-t-il rappelé, indiquant que le ministre des Sports n’a pas dit autre chose.

Mais, s’il l’avait fait ce discours lors d’une AG de bilan ou lors de l’installation du bureau fédéral, il n’y aurait pas eu ce grabuge « même si encore une fois nous condamnons ce genre d’agissement’’.

« Nous sommes des dirigeants et toute violence même verbale doit être bannie de nos agissements’’, a-t-il martelé, soulignant que la confiance du mouvement sportif qui a renouvelé très majoritairement son mandat « signifie qu’on est sur la bonne voie’’.

©APS