PARTAGER

Lamine Sané, depuis le début de la saison, Bordeaux jouait bien, mais ne gagnait pas. C’est désormais chose faite.
C’est bien parce qu’on ne voulait pas perdre le fil avec Marseille. Par rapport à l’an dernier, on a passé un cap, on  s’est rendu compte de certaines choses. Face à Bastia, on a eu un peu de mal pendant 15 minutes, mais d’une manière générale, Bordeaux joue mieux, il y a plus d’automatismes. L’équipe a le potentiel pour finir dans les six premiers.

Ces «choses» dont vous parlez, quelles sont-elles ?
L’an passé, on était parfois lourd à regarder. On ne produisait pas beaucoup de jeu. Ça en agaçait certains. Cette saison, c’était un impératif de montrer qu’on savait aussi jouer au foot. Quand la Coupe d’Europe arrivera, ça sera plus difficile. Il y aura davantage de fatigue. Mais tant qu’on a du jus…

Comment faire pour ne pas perdre autant de plumes que la saison passée ?
Si, à la fin, on gagne la Coupe de France comme l’an dernier, ça me va (sourire). On verra au fur et à mesure de la saison s’il faut sacrifier une coupe, mais quand tu vis le truc, tu veux toujours aller le plus loin possible. C’est difficile de choisir.

Vous soulignez votre volonté de jouer. Avez-vous douté lorsque les résultats n’étaient pas au rendez-vous ?
Non parce qu’on était tombés contre des grosses équipes. On va se tester une nouvelle fois la semaine prochaine à Saint-Etienne, mais depuis notre victoire en Coupe de France l’an dernier, on est sur un bonne dynamique.
Cet été, beaucoup de joueurs avaient des velléités de départ et sont finalement encore au club. Cela a-t-il été compliqué à gérer ?
Honnêtement non. Même si on n’a pas été récompensés, il n’y a qu’à voir les matches qu’on a faits. C’est vrai que certains espéraient avoir des propositions et que le marché n’a pas été comme ils auraient aimé, mais dans nos têtes, on a toujours été bordelais. Il n’y a eu aucune frustration.

Vous-même, on vous annonçait sur le départ pour West Ham…
Et finalement rien ! (rires) Je crois que Bordeaux demande beaucoup, mais si ça ne s’est pas fait, c’est que ce n’était pas le moment. On verra bien d’ici la fin du mercato. Même si je rêvais d’une aventure anglaise et même s’il reste une probabilité pour que je m’en aille, je pense que je serai girondin toute la saison.»

Lequipe