PARTAGER
Casa-Sports

Après avoir joué les premiers rôles aussi bien en championnat que dans les différentes coupes (Ligue et du Sénégal) pendant quatre ans, le Casa Sports est passé à la vitesse supérieure cette année. Si le championnat lui a échappé, ce n’est pas le cas pour les coupes puisqu’il disputera, cette année, les deux finales et de la Coupe de la Ligue pro et la Coupe du Sénégal.

Une première dans les annales du football sénégalais depuis l’avènement de la Ligue de football professionnel en 2009. Et pour mettre la cerise sur le gâteau, le club n’envisage rien d’autre que de remporter les deux trophées qu’il va disputer respectivement les 25 et 31 août contre Gorée et face au Diaraf.

Deux événements importants donc dans la vie du club, comme l’a souligné Ives Kassoka, vice-président du Casa Sports. Et dans cette perspective, les dirigeants n’entendent pas lésiner sur les moyens : la préparation de ces deux finales, l’hébergement de l’équipe, le lieu d’entraînement et la mobilisation. En somme, tout sera fait pour permettre au Casa Sports de réussir le doublé Coupe de la Ligue, Coupe du Sénégal. « Pour le Casa Sports, c’est important de garder le même niveau de performance et le même standing avec ce brin d’aspect sportif qui caractérise ses prestations. Nous sommes habitués à vivre les grands événements de fin de saison et nous ne devons pas déroger à cette règle et nous devons même faire mieux », a indiqué Ives Kassoka. Selon lui, il s’agira de se donner toutes les chances de succès. Et dirigeants, joueurs et supporters travaillent à ce que ces deux finales soient réellement une fête nationale. « La motivation est toujours présente, elle va même crescendo car c’est toute la dynamique autour du Casa Sports qui fait qu’il gagne. Qu’il pleuve ou qu’il vente, nos supporters nous suivent partout. Il y a également une mentalité et une vision qui font que nos joueurs jouent pour gagner », a-t-il dit. Le Casa Sports s’est donc inscrit dans la performance et cela se vérifie dans son parcours.
Son manager général, Michel Bazan, va plus loin en soulignant que les acquis seront améliorés d’autant plus qu’une partie des moyens est déjà là. « Mais nous voulons que ces deux finales soient perçues comme une fête nationale dans la pure tradition sportive ; c’est-à-dire le fair-play et la sportivité. Car ces finales doivent participer à la consolidation de la cohésion nationale », a déclaré le manager général. Enfin, Atab Sambou qui est la courroie de transmission entre les différentes structures du club, pense que les deux finales doivent être le couronnement des efforts déployés par les uns et les autres pour arriver à l’objectif qui est de s’imposer sur les deux fronts.

©Lesoleil