PARTAGER

Une Feuille de route claire et nette avec des objectifs précis. Des dirigeants dignes de ce nom. C’est ce que réclame l’attaquant international du Sénégal, Dame Ndoye. Le buteur du Lokomotiv Moscou a reçu, à son domicile, les journalistes sénégalais Envoyés Spéciaux des championnats du monde d’athlétisme (10 au 18 août) hier, lundi 19 août 2013.

«Le principal problème du football sénégalais, ce sont ses dirigeants. Dans le haut niveau, il est très important d’avoir des dirigeants à la hauteur», a déclaré Dame Ndoye qui a reçu à son domicile, à Moscou, hier, lundi 19 août 2013, les Envoyés Spéciaux de la presse sénégalaise venus couvrir les 14èmes championnats du monde d’athlétisme.

L’attaquant international sénégalais de Locomotiv Moscou (D1, Russie), soutient que pour que les joueurs sachent où donner de la tête, il faut aussi une Feuille de route claire avec des objectifs précis.

«Nous sommes à trois matches d’une qualification d’une coupe du monde. Mais, nous ne savons même pas ce que les dirigeants attendent de nous. La qualification est certes une super priorité pour tout joueur professionnel, mais aujourd’hui, on devrait nous motiver davantage en nous indiquant clairement ce qui nous attend. Ce n’est pas une question d’argent parce que nous en perdons plus à chaque fois que nous venons à la sélection. Mais c’est comme ça que les choses devraient fonctionner».

«Il faut mettre sur pied un plan programme qui fera que les joueurs ne seront pas confrontés à des problèmes d’intendance comme c’était le cas lors du stage de juin», a-t-il souligné.
Pour rappel, les «Lions» auraient frôlé l’expulsion dans un hôtel à Bruxelles sans occulter le jeu de yoyo sur un vol spécial qu’ils ne verront jamais pour rallier Luanda à Accra. Des impairs qui avaient déclenché une petite «mutinerie» des joueurs avant que tout ne rentre dans l’ordre.

Et d’ajouter : «il manque souvent une idée claire par rapport à ce qu’on doit faire notamment en équipe nationale. Parfois on parle de reconstruction et dans les faits, les gens agissent plutôt comme une équipe cherchant des résultats à court terme. C’est exactement ce qui était arrivé avec Amara Traoré. Au début, on lui a dit, qu’il faut reconstruire. Et d’un seul coup, on s’est vu beau, on a alors commencé à parler d’objectifs. Présentement aussi, c’est le discours qu’on entend : un résultat immédiat. Et Pourtant, tantôt on a l’impression d’avoir un groupe. Tantôt, on prend des nouveaux et on chamboule tout. On ne sait pas où l’on va en équipe nationale».

Le leadership ne se décrète pas

Considéré comme un des «cadres» de la sélection nationale, Dame Ndoye dit toutefois ne rien réclamer. «Je ne sais même pas pourquoi j’ai été titularisé face à Zambie. On m’a juste demandé de jouer à côté de Moussa Sow. C’est le choix du coach et je le respecte. Je n’ai jamais rouspété quand on me met sur le banc. Ce serait même manquer de respect à mes coéquipiers, si je me m’étais à réclamer une place de leader ou de titulaire. Ça ne se décrète pas. Ce sont les joueurs et le sélectionneur qui font du joueur un leader. C’est le cas de Lionel Messi au Barcelone», a déclaré l’attaquant du Locomotive Moscou.

Et d’ajouter : «réclamer quelque chose risquerait même d’entamer la dynamique du groupe. Ce n’est pas dans ma nature». Toutefois, s’est-il empressé de préciser : «je connais ma valeur. Je connais mes capacités. Je jouerai à n’importe quel poste que le sélectionneur me donnera. C’est lui qui fait ses choix et je les respecterai».
Rappelons que Dame Ndoye est l’auteur du but égalisateur face à la Zambie (1-1) le 14 août dernier à Paris Saint-Leu-La-Forêt (France).

Le Sénégal rencontre l’Ouganda le 6 septembre prochain à Marrakech, dans le cadre des éliminatoires de la coupe du monde 2014. Leaders du groupe J, les «Lions» n’ont besoin que d’un match nul pour se qualifier au dernier tour.

©Sudonline