PARTAGER

Une des satisfactions du match amical contre la Zambie (1-1), samedi dernier, à Paris, Lamine Gassama ne manque pas d’ambitions.

LE MATCH CONTRE LA ZAMBIE

«Ça s’est bien passé. On a pu avoir des qualités de jeu intéressantes. On a eu une bonne entame de deuxième mi-temps. Les nouveaux joueurs se sont très vite adaptés. C’était une confrontation très difficile parce qu’on n’avait pas l’impression que c’était un match amical. Il y avait beaucoup d’intensité. C’était un match très sérieux, un vrai match de préparation. On avait à cœur de réaliser un bon match. On a tout fait pour le gagner.»

SA PRESTATION

«J’ai joué une partie parce que le coach avait prévu de faire tourner l’effectif. J’ai joué la deuxième période. J’ai toujours la même motivation quand j’ai la chance de porter les couleurs du Sénégal. Je fais le maximum pour honorer ce maillot. Dans ma tête, je me dois toujours de faire le maximum. On ne peut pas être performant tous les jours, mais quoi qu’il arrive, j’essayerai toujours de donner tout ce que j’ai jusqu’à la fin du match. Je fais le maximum à l’entraînement pour avoir du temps de jeu en match. Je fais aussi tous les efforts nécessaires pour gagner la confiance du coach.  Après, c’est à moi de montrer sur le terrain que j’ai les capacités pour tenir ce rôle et d’avoir du temps de jeu. Cela passe par beaucoup de travail à l’entraînement, de l’investissement dans mon club.»

LA RUDE CONCURRENCE

«Oui, il y a une réelle concurrence. On a la chance d’avoir des Sénégalais qui jouent dans de très bons championnats. C’est très bien pour le Sénégal. Ça va nous permettre de hausser notre niveau de jeu et d’être plus performant lors des compétitions. Le poste est loin d’être acquis. Il faut justement essayer d’être à chaque fois meilleur. La concurrence est toujours importante parce que les joueurs vont faire le maximum pour avoir du temps de jeu. Un poste n’est jamais acquis. Il faut à chaque fois prouver que l’on mérite de jouer.»

LES NOUVEAUX «LIONS»

«Ils ont fait une très bonne entrée même si ce n’est jamais facile de jouer avec une nouvelle équipe parce qu’on n’a pas forcément les automatismes. Ce sont des joueurs de qualité qui se sont très vite adaptés au jeu sénégalais. On a énormément besoin de ces genres de joueurs pour atteindre les objectifs. Djilobodji est un très bon joueur. Il mérite amplement une place en sélection. Avoir des joueurs de qualité c’est très bien pour le groupe. Ça va rehausser notre niveau de jeu. Si on a la chance de pouvoir récupérer encore de très bons Sénégalais, ça va faire du bien à l’équipe. Issa Cissokho a aussi joué la première mi-temps. Il a fait une excellente saison avec Nantes, la saison passée. C’est un joueur expérimenté. Saivet, j’ai eu la chance de jouer avec lui. C’est un très bon joueur, qui est à l’aise techniquement, qui peut amener de la vitesse.»

LES DEUX MATCHES DE JUIN

«Contre l’Angola, ça a été un match difficile. Jouer à l’extérieur, ce n’est jamais facile. L’Angola posait des problèmes avec des joueurs très techniques. On aurait pu l’emporter, malheureusement ont a été rattrapé à la fin. Dans l’ensemble, ça a été un bon match. Contre le Libéria, on a fait preuve d’une grande solidarité. On n’était pas dans les meilleures conditions parce que les supporteurs libériens étaient assez mécontents de leur équipe, donc c’était un match qui a chauffé, mais on a été solidaires. C’est ce qui a fait notre force ce jour-là.»

SENEGAL-OUGANDA

«Cela va être une finale et notre objectif premier c’est de ne pas faire match nul. Il faut jouer ce match pour gagner et faire des calculs. Avec beaucoup d’envie et de détermination, comme les matches joués en Angola. On va faire le maximum et ne pas se dire que c’est un match facile. Il faudra tout faire pour prendre les trois points.»

LES PROGRES

«C’est un peu lié à la confiance du coach. Quand on sent qu’on a la confiance du coach, on se sent plus libéré. Il y a moins de pression et donc on peut jouer dans le calme et aller plus vite. Lorient est un club qui m’a aidé à grandir et c’est la meilleure sensation pour un joueur.

L’année dernière, je m’étais gravement blessé et je n’ai joué que la première partie de la saison. Quand on est loin des terrains pendant 6 mois, on a beaucoup de motivations et on donne le maximum pour rattraper le temps perdu. Cette blessure m’a aidé à revenir avec de nouvelles ambitions et beaucoup plus de détermination. Après, j’ai eu la chance d’être vu par le coach, Alain Giress, qui m’a relancé en équipe nationale.»

 

iGFM