PARTAGER
Alain Giresse

Le sélectionneur national a publié, hier, la liste des «Lions» pour l’amical contre la Zambie, le 14 août à Paris. Alain Giresse a retenu vingt-cinq joueurs, pour un casting qui comporte, au moins, cinq leçons.

Le temps des expérimentations

C’est la rentrée dans la «Tanière». Alain Giresse a ouvert grandes les portes, provoquant un important flux entrant et sortant. Sur les 25 «Lions» retenus pour l’amical contre la Zambie, le 14 août à Paris, il y a huit nouvelles têtes, par rapport à sa dernière liste. Et sur ces huit, cinq arrivent pour la première fois dans la «Tanière». Il s’agit d’Issa Cissokho, Pape Djilobodji (Nantes), Alfred Ndiaye (Sunderland), Mbaye Niang (Milan Ac) et Henri Saivet (Bordeaux). Issa Ndoye, Ibrahima Baldé et Cheikh Kouyaté, pour leur part, connaissent déjà la maison. Les deux premiers découvrent la sélection sous Giresse, tandis que le troisième, deux fois convoqué par l’ancien coach du Mali, n’était pas là en juin, à cause d’une blessure.

La fin d’un monde

Si le technicien français, qui dresse, pour la première fois, une liste de 25 éléments, a pu laisser entrer autant de «bleus», c’est qu’il a libéré suffisamment d’espaces. Au chapitre des sorties, il y a eu les deux locaux de la dernière liste, Ousmane Mané (Diambars) et Abdoulaye Seck (Casa Sports). Ce n’est pas que Giresse ne veut plus des footballeurs made in Sénégal, le contexte ne lui laisse pas le choix. «Le championnat national prend fin le 15 août, donc il n’y a pas intérêt (à les) sélectionner, assume le technicien français. Dans la perspective du mois de septembre (et du match contre Ouganda), malheureusement, ces joueurs ne seront pas compétitifs». Papiss Cissé n’est pas là, non plus. Pour l’attaquant de Newcastle, il ne se pose pas une question de forme, mais d’opportunité. Il est suspendu pour la prochaine sortie des «Lions». Zargo Touré, Pape Guèye et Rémi Gomis, eux, font les frais de la concurrence.

Demba Bâ dans le brouillard

Encore une fois, Giresse s’est passé de Demba Bâ, absent de la «Tanière» depuis Sénégal-Angola (1-1) de Conakry et son penalty raté. S’il jure que le joueur de Chelsea reste sélectionnable, le technicien français indique que sa non-convocation répond à des considérations purement sportives. Et si Giresse lui envoyait un carton, l’ancien joueur de Newcastle accepterait-il l’invitation ? Rien n’est moins sûr. Bâ semble, en ce moment, plus préoccupé par son avenir en club, devenu incertain, depuis l’arrivée de Mourinho à Londres, que par son statut en sélection. C’est à se demander si ce n’est pas lui qui boude son coach.

Giresse se donne des ailes

Autre enseignement de la nouvelle liste de Giresse, le renforcement du flanc gauche de la défense par le Nantais Djilabodji et le réaménagement du côté droit, avec l’apparition d’Issa Cissokho. C’est une preuve que Giresse se cherche toujours sur les ailes. Un problème qui le poursuit depuis sa nomination à la tête des «Lions».

Embouteillage devant

Le technicien français peut se consoler de l’élargissement de la base de ses attaquants. Mbaye Niang et Ibrahima Baldé ont été jetés dans la bataille qui fait déjà rage entre la pléthore d’avants : les absents Papiss Cissé et Demba Bâ, ainsi que Moussa Sow, Dame Ndoye, Mame Biram Diouf, pour ne citer que quelques noms.

Tous ces ajustements et réajustements devront permettre au sélectionneur national d’y voir plus clair, en vue de la dernière journée du deuxième tour des éliminatoires du Mondial-2014. Face à l’Ouganda, son dauphin, le Sénégal, leader du groupe J, cherche un point, pour accéder aux barrages.

Le chiffre 25

C’est le nombre de joueurs convoqués par Alain Giresse pour l’amical contre la Zambie, le 14 août à Paris. C’est la première fois, depuis qu’il est à la tête des «Lions» que le sélectionneur national dresse une liste de plus de 23 noms. A noter la présence de 5 nouvelles têtes.

Vite dit ! 

«Dans les premiers échanges avec les nouveaux joueurs, je ne me présente jamais en demandeur. La première question que je leur pose, c’est sur leur motivation et leur envie. Ceux sont les deux aspects fondamentaux de mon plan de recrutement. Je ne peux pas forcer un joueur à venir en sélection. Il faut qu’il sente l’envie de venir. Ce n’est pas moi qui me mets à genou pour suppléer de venir. Non, moi je suis le représentant de la sélection».

 

REWMI