PARTAGER

Les pratiques mystiques légalisées dans la lutte avec frappe ont désormais droit de cité en Ligue 1 sénégalaise de football où les acteurs s’y adonnent sans retenue notamment lors des dernières journées de championnat.

Des matchs de l’équipe de Yeggo de la SICAP ont été à deux fois le théâtre d’incidents, les adversaires du club sicapois indexant un dirigeant assis sur le banc des remplaçants.

Ce dernier est muni d’une espèce de lance-pierres qu’il fait tourner et qui permettrait, selon ses accusateurs, à son équipe de ne pas encaisser de but.

Lors du match US Ouakam-US Gorée en championnat (26-ème journée), des responsables du club insulaire ont versé du lait caillé sur l’aire de jeu en face du banc des remplaçants.

Des sportifs utilisant le lait caillé, c’était plus tôt du côté de la lutte avec frappe qu’on voyait de telles pratiques.

Au niveau surtout de l’écurie de Fass où Mbaye Guèye, son frère cadet Moustapha et plus récemment Gris Bordeaux, le chef de file de l’écurie, s’aspergeaient de ce liquide sous forme de talisman.

Quant à l’US Gorée relégable à quatre journées de la fin de la ligue 1, malgré le lait caillé versé sur le très dégradé gazon synthétique du stade Demba Diop, elle a été lourdement battue (0-3) par l’US Ouakam.

Quelques jours plutôt, contre le Casa Sports en match retard, un attaquant de l’équipe du sud, Lamine Fanné, a cru nécessaire d’aller déterrer quelque chose sur la ligne de but des Goréens.

Cet acte a donné lieu à des échauffourées que l’arbitre de la partie a tenté de calmer, en donnant un carton jaune à l’attaquant du club du sud du pays.

Dans sa livraison de ce vendredi, le quotidien sportif Stades a annoncé la mise à l’écart de membres de l’encadrement de l’équipe de l’AS Douanes (elle aussi relégable) coupables de pratiques mystiques.

Une information confirmée par le président du club, Bassirou Ndiaye.

Dans sa réaction d’après matchs, l’entraîneur du club, Lamine Dieng, avait fustigé de telles pratiques qui, selon lui,  »n’honorent pas le football sénégalais ».

Il se trouve que ce n’est pas seulement dans les clubs que les pratiques mystiques ont cours. Le recordman des sélections en équipe nationale, Henri Camara, avait laissé entendre que des conflits avaient éclaté entre internationaux pour les mêmes raisons.

Concernant la ligue professionnelle, l’article 22 proscrit pourtant de telles pratiques. Le président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP), Saer Seck, avait annoncé dans un entretien avec l’APS que le Conseil d’administration de la structure qu’il dirige allait se pencher sur cette question et sanctionner les contrevenants.

Sur le terrain, rien n’est fait contre de telles pratiques et le président du Guédiawaye FC, Diamil Faye ne comprend pas la passivité de la LSFP.

Le président du club avant dernier de la Ligue 1 demande à la LSFP de sévir ou de retirer cet article 22.

©APS