PARTAGER

Le Sénégal a atteint sa meilleure place au Classement Mondial FIFA/Coca-Cola à l’été 2004. Il occupait alors le 26ème rang de la hiérarchie mondiale et le troisième échelon africain. Certes, les Lions de la Teranga n’ont pas encore retrouvé ce prestigieux statut, mais ils sont sur la bonne voie, après avoir dégringolé jusqu’à leur pire classement en juin dernier. Après plus d’un an sans victoire sur la scène internationale, les Ouest-Africains avaient chuté jusqu’au 99ème cran mondial et ils ne pointaient plus qu’au 25ème rang continental.
Toutefois, les Sénégalais ont retrouvé du mordant. Bien meilleurs, leurs récents résultats leur ont permis de remonter à la 74ème place mondiale et au 17ème échelon africain. Plus important encore, ils sont en position favorable pour accéder au tour qualificatif final de la CAF pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. À une journée de la fin, ils occupent en effet la tête du Groupe J et sont maîtres de leur destin.

Les quarts de finalistes de Corée/Japon 2002, dont la victoire 1:0 face à la France en ouverture est restée dans les mémoires, peuvent se contenter d’un nul face à l’Ouganda, deuxième, pour accéder au troisième tour. À ce stade, ils n’auraient plus qu’à négocier une confrontation en matches aller et retour pour composter définitivement leur billet.

Un potentiel inexploité
Cette embellie doit beaucoup à l’ancien international français Alain Giresse, qui a succédé en janvier à Joseph Koto, débarqué après l’échec dans les qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2013. Lors de son premier match officiel aux commandes, Gigi a vu ses Lions concéder un nul 1:1 en qualifications mondialistes face à l’Angola. Cette rencontre était disputée en Guinée et non au Sénégal, le pays étant sous le coup d’une suspension d’un an en raison de débordements lors d’un match de qualification pour la CAF l’an dernier.

Suite à deux matches disputés en l’espace d’une semaine au mois de juin, les Sénégalais ont conforté leur place de leaders. Ils ont tout d’abord rapporté un précieux nul 1:1 de Luanda, où ils disputaient leur match retour face aux Palancas Negras. C’est Papiss Cissé qui avait ouvert le score pour les visiteurs en première période. Lors de la journée suivante, l’attaquant de Newcastle a fait trembler les filets lors de chaque mi-temps pour offrir une victoire 2:0 aux Lions de la Teranga à Monrovia contre le Liberia.

 

Pour préparer leur match capital face à l’Ouganda, les Sénégalais vont disputer une rencontre amicale face à la Zambie, championne d’Afrique 2012, en France, avant d’affronter les Cranes au Maroc. Comme de coutume, ils devraient aligner une ligne d’attaque étincelante dans laquelle Cissé sera vraisemblablement épaulé par son ancien coéquipier chez les Magpies Demba Ba, désormais à Chelsea, par Moussa Sow (Fenerbahçe) ou par Souleymane Camara (Montpellier). C’est justement cette abondance de biens offensifs combinée à des années de résultats médiocres qui a valu au Sénégal son étiquette d’éternel perdant.

À la poursuite du rêve brésilien
« Je ne suis pas venu au Sénégal pour reconstruire le football, mais plutôt pour aider l’équipe à retrouver une certaine dynamique après ses deux récentes déceptions », analyse Giresse. « L’équipe a été éliminée au premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations 2012 et elle ne s’est pas qualifiée pour la suivante. Le Sénégal possède de très bons joueurs. Je suis simplement venu apporter mes compétences et mon expertise pour atteindre un objectif. Cet objectif, c’est la qualification pour la Coupe du Monde au Brésil. »

L’ancien international français n’a pas connu la défaite lors de ses cinq premiers matches à la tête de la sélection sénégalaise. Il a enregistré une victoire et quatre nuls. « C’est bien de ne pas avoir perdu. Mais quand il n’y a pas la victoire à chaque match, un entraîneur ne peut pas être pleinement satisfait. Toutefois, c’est une bonne chose d’avoir notre destin en mains avant le dernier match du deuxième tour, face à l’Ouganda. »

Un nul face à une formation ougandaise difficile à manœuvrer enverrait le Sénégal au dernier tour des qualifications de la CAF, lequel consistera en une double confrontation avec l’un des vainqueurs de groupe de la deuxième phase. Les cinq équipes victorieuses de ces duels obtiendront leur ticket pour Brésil 2014. Dans cette configuration, il va sans dire que le Sénégal fera partie des adversaires à éviter.

 

Fifa.com