PARTAGER

LA SÉLECTION

«Hier matin à l’entraînement, j’ai vu le directeur technique qui m’a dit : «Le coach va vous annoncer une bonne nouvelle.» Et dans les vestiaires, l’entraîneur nous a dit que vous (lui et Issa Cissokho) êtes sélectionnés avec l’équipe nationale du Sénégal. Nous étions très contents. Nous allons bien nous préparer pour être en forme. Nous allons nous donner à fond. Notre heure est venue. Après, il faut faire la part des choses et laisser le temps faire. Nous sommes très contents de l’appel du sélectionneur. Il faut essayer de jouer et donner tout ce qu’on a pour revenir à la prochaine sélection. C’est  vrai que la sélection motive encore. Ça va certainement nous booster pour la Ligue 1. On n’a pas le droit de lâcher, il faut continuer à aller vers l’avant le plus longtemps possible, tout en essayant de ne pas brûler les étapes. C’est peut-être là le bon moment pour accrocher le wagon (en direction du Mondial 2014). On ne sait jamais. On va travailler pour cela. Si l’on joue, on essayera de montrer ce qu’on sait faire. Le coach appréciera.»
LA CONCURRENCE 
«On la trouve partout, en club comme en sélection. Les joueurs ne sont pas les mêmes, donc à l’entraînement, on va essayer de se donner à fond. Tout ce qu’on veut, c’est la victoire du Sénégal. Qu’on utilise les meilleurs joueurs. Ceux qui sont sur le banc ne sont pas mauvais, mais c’est le coach qui prend les meilleurs. Nous voulons tous gagner. Le coach (Giresse) est venu nous voir, lors d’un match amical contre Guingamp. Il nous a vus et m’a dit que pour la première mi-temps, j’y étais et à la deuxième, j’ai un peu déconné (rire). Après, je me suis dit que la sélection viendra seule.»
L’INTEGRATION
«Ce sera la première sélection pour moi, mais aussi pour Issa. Il est tout heureux. Je vais le guider un peu d’autant plus qu’il ne parle pas wolof. On est dans le même club, on se connaît mieux que les autres. Je n’ai jamais été en sélection avec les joueurs qui sont actuellement en équipe nationale, mais j’ai gardé un bon contact avec Cheikhou Kouyaté.»
iGFM