PARTAGER

L’Equipe nationale de beach soccer poursuit sa préparation en direction de la Coupe du monde prévue en septembre prochain à Tahiti. En regroupement externe depuis trois semaines, les «Lions de la plage» travaillent au rythme du ramadan, à raison d’une séance quotidienne du côté de Cam­bérène.

«Il fallait continuer le travail, malgré le ramadan. Mais on a quand même réajusté un peu les séances en maintenant les acquis», souligne Amadou Diop, qui a sous la main un groupe de 16 joueurs, composé en majorité des 12 champions d’Afrique en titre.
Pour le technicien sénégalais, l’idée d’allonger la liste instaure une certaine concurrence au sein de la Tanière. «C’est pour éviter que certains pensent qu’ils ont déjà leur place. Et qu’ils peuvent dormir sur leur oreiller et être sélectionnés pour la Coupe du monde. Il faut savoir que seuls les meilleurs seront sélectionnés. Ce n’est pas parce qu’on est champion qu’on a déjà sa place», prévient «Boy Bandit». D’ailleurs, souligne-t-il, «nous avons été séduits par l’implication et les qualités de quatre nouveaux. Ce qui veut dire qu’aucune place n’est garantie. Il va falloir se battre».
Sénégal-Côte d’Ivoire après le ramadan. Au programme : deux matchs amicaux contre l’Equipe nationale de la Côte d’Ivoire à Dakar. «C’est une bonne chose de jouer contre les Ivoiriens. Ce sera un bon test pour le groupe», s’est félicité le technicien sénégalais. Initialement prévues pour le week-end prochain, les deux rencontres ont finalement été reportées à la fin du ramadan. «On a jugé qu’il était plus intéressant de jouer après le ramadan. Surtout qu’en ce moment, le travail est plus axé au maintien des acquis», informe Amadou Diop.
Au-delà des Ivoiriens, le coach des Lions du beach soccer avait prévu de livrer deux autres rencontres amicales à l’étranger. «On avait souhaité jouer en amical contre les Emirats, à Dubaï ou contre la Suisse. Comme vous le savez, pour se rendre à Tahiti, on passe par Dubaï. On aurait pu avoir trois jours et jouer un match. Ça aurait été une bonne chose à quelques jours de la compétition. Malheureusement…», se désole le technicien sénégalais.
Logé dans la poule C, le Sénégal, champion d’Afrique en titre, aura fort à faire devant le Brésil, l’un des grands favoris de la compétition, avant de se mesurer à l’Iran et à l’Ukraine, supposés moins costauds.

 

Lequotidien