PARTAGER
Augustin Senghor
Augustin Senghor

Me Augustin Senghor Senghor peut compter sur le soutien des clubs dans la crise qui l’oppose à Badara Mamaya Sène. À une large majorité, ces derniers se sont prononcés pour « revoir à la hausse » la sanction du président de la Cca, récemment condamné à une suspension de deux ans, de même que son vice-président Amadou François Guèye. Sur les 14 ligues régionales, seule celle de Kaolack ne s’est pas engagée.
Le président de la Fédération sénégalaise de football aura beau tenter d’occulter la crise qui secoue le milieu, mais les clubs ont voulu crever l’abcès. Et dans ce bras de fer qui l’oppose à Badara Mamaya Sène, Me Augustin Senghor peut compter sur la majorité des clubs. Dans un mémorandum signé par 13 présidents de ligues régionales sur les 14 que compte la Fsf, les signataires du document demandent au comité directeur de corser la sanction. À l’exception du président de la ligue de Kaolack dont le nom ne figure pas sur la liste, les autres sont engagés par les décisions prises dans ce mémorandum d’une dizaine de pages. Dans le document lu par le président de la Ligue de Thiès, Me Papa Sidy Lô, « les clubs et acteurs du football se prononçant sur l’actualité ne sauraient tolérer que des tierces personnes transgressent les statuts et règlements de la Fsf en toute impunité ».  Ainsi, ce collège des présidents de ligues régionales a demandé à l’Assemblée générale de « confirmer le principe et de revoir à la hausse la durée des suspensions de Badara Mamaya Sène et d’Amadou François Guèye, pour affranchir, à jamais, le football de personnes qui, pour des raisons extra sportives, veulent en user pour atteindre leur objectifs ». Outre cette proposition, le collège des présidents de ligues régionales a présenté un tas de doléances à la fédération. De « l’absence de sièges pour les ligues régionales et les groupes d’acteurs » du football à la « précarité des clubs », en passant par la « non implication effective des Dtr ou des techniciens à la base dans le processus de sélections nationales de catégories jeunes », les ligues régionales ont passé en revue leurs problèmes quotidiens. Des détails importants qu’elles considèrent comme autant de blocages au développement du football à la base. Même la ligue de Dakar qui n’a pas déposé son rapport d’activités à la fédération partage les revendications de ses pairs.  Par ailleurs, tous les deux rapports de la fédération, respectivement présentés par Victor Ciss (rapport d’activités) Babacar Sy (rapport financier), ont été adoptés par acclamation, en attendant l’Assemblée générale élective de fin de mandat dans la dernière quinzaine d’août, voire début septembre.