PARTAGER
Papiss Demba Cisse

Papiss Cissé est un homme de cœur. Le buteur de Newcastle (actuellement blessé), très attendu par les siens pour être sauvés définitivement de la relégation, a toujours été sauveteur dans l’âme.
Ambulancier dans sa prime jeunesse, l’ex-capitaine des Lions qui a un souvenir amer de cette expérience, s’active pour doter de sa ville natale Sédhiou d’une ambulance médicalisée
A Newcastle, Papiss Cissé cristallise en lui les espoirs de toute une équipe. Le buteur sénégalais est devenu, depuis quelque temps, l’homme providentiel des Magpies qui tiennent à lui comme à la prunelle de leurs yeux. Actuellement blessé, Cissé est très attendu par son équipe qui compte sur lui, pour être sauvée définitivement de la relégation.
Mais, cet esprit de sauveteur, Cissé ne l’a pas seulement sur les pelouses. Grand attaquant doublé d’un homme de cœur, Papiss est très intéressé par tout ce qui touche le social. Une qualité humaine qui n’est pas étrangère à son passé d’ambulancier. Et oui, la star de Newcastle qui hante le sommeil des défenseurs de la Premier League, était conducteur d’une ambulance, dans sa prime jeunesse. C’était il y’a une dizaine d’années, quelque part au Sénégal, au fin fond du Sud, à Sédhiou.
«J’avais 15 ans, quand j’ai décroché mon premier job, j’étais ambulancier. J’étais très jeune, c’est la raison pour laquelle, j’avais arrêté l’école», confie dans un site spécialisé, Papiss qui a très tôt appris à être responsable, pour prendre son destin en mains.
«Parfois, je gagnais de l’argent que je donnais à mes parents. C’était dur, à l’époque, pour moi car, j’étais très jeune», poursuit-il.
Toutefois, l’expérience qu’il garde de sa première profession est affreuse, à la limite horrible. «Mon premier jour au travail, j’ai vu, pour la première fois, un home perdre la vie. J’ai pleuré mais, cela m’a rendu fort», avoue le numéro 9 de Newcastle, encore marqué à jamais par cette expérience. Suffisant pour comprendre toute cette attention de Cissé qui entend s’investir pour doter sa ville natale d’une ambulance médicalisée.
«Je suis sénégalais, je viens de Sedhiou qui est une petite ville où les gens n’ont pas beaucoup de moyens et où les infrastructures sanitaires ne sont pas suffisantes et de bonne qualité. Mon objectif est de payer cet ambulance», dit Cissé, résolument, décidé à atteindre ce but.
«Ma première profession, c’est conducteur d’ambulance. Je crois qu’acheter une ambulance, pour ma ville natale, constitue quelque chose de fort et d’important. Je le fais pour mon terroir, mes sœurs, mes frères, mes amis, ma famille», dit-il, la main sur le cœur.

 

Rewmi