PARTAGER
Arbitres
Arbitres

Les arbitres de football affiliés aux 13 commissions régionales des arbitres (CRA) du Sénégal ont annoncé, mercredi à Rufisque, leur décision de boycotter les matchs du championnat de football de ligue 1, ‘‘en guise de soutien’’ à Badara Mamaya Sène et Amadou François Guèye dit Francky, après leur suspension pour deux ans par la Fédération sénégalaise de football (FSF).

La FSF reproche notamment au président et au vice-président de la Commission centrale des arbitres, de ne pas s’être présentés à la réunion convoquée lundi dernier par le Comité d’urgence de la FSF.

Ils devaient s’expliquer à cette occasion sur les absences des arbitres lors des rencontres programmées dans les régions de Tambacounda (est) et de Diourbel (centre).

Mais la décision de la FSF n’a pas l’heur de plaire aux arbitres qui sont montés au créneau pour manifester leur désapprobation.

‘‘Les arbitres décident de ranger sifflets et drapeaux et le recommandent à tous jusqu’à ce que les auteurs et les commanditaires de cette forfaiture se rendent compte de leur bévue et reviennent à de meilleurs sentiments’’, ont-ils annoncé, dans une motion qui a sanctionné les travaux de leur assemblée générale.

La suspension selon eux sans audition de Badara Mamaya Sène et d’Amadou François Guèye est’’ inappropriée et sans fondement, car ils n’ont fait que défendre les intérêts des arbitres qui les ont mandatés’’.

Pour eux, ‘‘cette sanction constitue une escalade de plus vers la déstabilisation du football sénégalais’’. Les arbitres perçoivent la sanction comme ‘‘une volonté de bâillonnement des acteurs du football’’, parce que s’ajoutant à ‘‘la défénestration des présidents de ligue de Diourbel et de Tambacounda’’.

‘‘Les arbitres de tous grades confondus et les inspecteurs d’arbitres de toutes les CRA et sous -CRA, tous les membres de l’Association nationale des arbitres de football du Sénégal (ANAFS) dénoncent jusqu’à la dernière énergie cette forfaiture […]’’, souligne la motion ayant sanctionné la rencontre de Rufisque.

Expliquant les raisons pour lesquelles il n’a pas déféré à la convocation de la FSF, Badara Mamaya Sène a avancé ‘‘les confusions’’ qu’il a relevées dans sa convocation.

‘‘Dans la lettre de ma convocation, il y est précisé que je n’étais plus membre de la FSF, que j’étais démissionnaire, ce qui n’est pas le cas. Dans une lettre qui m’a été adressée, on me qualifie de simple membre de la Commission nationale des arbitres (CNA), alors que j’en suis le président élu’’, a-t-il fustigé.

Il a précisé que c’est pour toutes ces raisons qu’il n’a pas souhaité prendre part à la réunion de la FSF.

Les arbitres ont annoncé qu’ils comptaient ‘‘saisir le ministère des Sports, la Fédération internationale de football association (FIFA) et la Confédération africaine de football (CAF)’’.
De plus, ils comptent envoyer une sommation à la Fédération qui selon eux leur doit de l’argent, car n’ayant jusque-là payé que sept journées sur 15.

‘‘C’est grâce à la ligue professionnelle que les arbitres ont pu être payés durant sept journées sur les 15 que compte actuellement le championnat. La FSF nous doit actuellement de l’argent. Nous allons à cet effet commettre un huissier pour un état des lieux. Et si la FSF ne réagit pas, nous allons porter plainte’’, ont menacé les arbitres.

Lundi, évoquant les raisons de la suspension de Badara Mamaya Sène et de son vice-président, le président de la FSF, Me Augustin Senghor, déclarait que les intéressés ‘’n’ont non seulement pas fait le déplacement, mais ils n’ont pas informé notre structure des raisons de leur absence’’.

Plus que les changements intervenus à la tête des ligues régionales de Diourbel et de Tambacounda avancés par certains pour expliquer le refus des arbitres d’aller officier dans ces régions, c’est l’érection de la Direction nationale de l’arbitrage qui a dû mal à passer, ajoutait encore le président de la FSF.

APS