PARTAGER

La tempête souffle depuis quelques jours dans l’équipe fanion du sud du pays. Une crise s’est manifestée après deux défaites successives à domicile. Des supporteurs réclament le limogeage du staff technique de l’équipe. Aliou Cissé calme le jeu.

Le séjour d’Aliou Cissé à Ziguinchor est peut-être venu au bon moment. Le nouvel entraîneur de l’équipe nationale olympique et ancien capitaine des «Lions» du Sénégal a mis sa tenue de sapeur-pompier pour éteindre le feu qui couve autour du Casa-Sports. Le champion du Sénégal en titre ne rassure pas son monde depuis le début de la saison. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été la défaite de dimanche dernier à domicile devant Yeggo (0-1). Des supporteurs en furie après cette défaite réclament le limogeage du staff technique de l’équipe. Mais Aliou Cissé a eu les mots justes pour éteindre le feu. D’abord, il partage l’avis des supporteurs. «Le Casa-Sports a perdu aujourd’hui 20 à 30% de son potentiel qui avait une emprise sur l’équipe. Certes, il y a de la qualité, mais il faut reconnaître qu’il y a des erreurs individuelles qu’il faut corriger très vite. Il s’agira aussi de combler les départs. Même si le noyau est toujours là, ceux qui viennent d’arriver ont encore du mal à s’exprimer, à retrouver leur qualité», dit Aliou Cissé.

Comme pour calmer les supporteurs, Aliou Cissé dira comprendre leur déception avant de les appeler à la raison. Aliou Cissé demande aux supporteurs de garder espoir et de continuer à accompagner leur équipe. «Il faut qu’ils sachent, à leur tour, que les entraîneurs et les joueurs sont aussi déçus. Le Casa-Sports qui avait l’habitude de jouer chaque année le titre est aujourd’hui en train de se renouveler et les gens ont tendance à l’oublier», dira celui qui écarte pour le moment toute idée de diriger le Casa-Sports dans un avenir immédiat. Et, aux joueurs de l’équipe qui pointent un doigt accusateur sur les supporteurs qui leur mettraient trop de pression quand ils jouent à domicile, Aliou Cissé fait un sermon : «S’ils (les joueurs) ont peur de la pression, qu’ils aillent faire de la danse. Un bon footballeur doit s’adapter à toutes les situations», dit le capitaine des «Lions» de la génération 2002.

 

GFM