PARTAGER
ligue1 sénégalaise

Le Ndiambour a été contraint au nul (2-2) par le Renaissance de Yoff au terme d’un match comptant pour la huitième journée du championnat de Ligue 2 joué au stade municipal de Louga et rythmé par des retournements de situation, a constaté le correspondant de l’APS.

C’est d’abord l’équipe locale qui a ouvert le score à la 28ème minute grâce à une reprise de volée de son milieu de terrain Ndiakhat Diop, sur un corner mal dégagé par l’équipe dakaroise.

Cette ouverture du score a ainsi été le premier d’une longue série de rebondissements. En effet, dix minutes après la reprise de la seconde mi-temps le Ndiambour obtient un pénalty que le gardien de Yoff arrête avec brio.

Sur son dégagement les visiteurs au terme d’un contre rondement mené reviennent au score par l’intermédiaire de leur meneurs de jeu Ndoffène Ndour, entré en jeu quelque minutes avant.

Galvanisés par cette égalisation, les joueurs de Yoff se ruent sur la surface de réparation des joueurs du Ndiambour apparemment sonnés par ce retournement de situation. Les visiteurs obtiennent à leur tour un pénalty que le capitaine de l’équipe transforme sans difficulté.

Dès lors, le match redouble d’intensité au point de pousser l’arbitre à exclure le défenseur de Yoff, Elimane Ndoye pour cumul de cartons jaunes. Et c’est au moment où les supporters s’y attendaient le moins que le Ndiambour égalise à son tour à ultime minute du temps additionnel.

A cause de ce nul concédé à domicile, le Ndiambour de Louga laisse filer deux points largement à sa portée et qui auraient pu lui permettre de rejoindre son adversaire au classement de cette poule.

Le match a en revanche été d’un bon niveau aussi bien au niveau technique qu’au niveau de l’intensité en dépit du mauvais état du terrain. Les spectateurs ont notamment eu droit à une opposition de styles. Les joueurs locaux privilégiant le déséquilibre à travers de courtes passes, tandis que les Dakarois ont opté pour le jeu direct.

Les deux équipes qui ont chacune un temps fort qui aurait pu leur permettre de tuer le match peuvent ainsi nourrir des regrets, particulièrement l’ASAC Ndiambour qui pouvait réduire l’écart avec l’ETICS, première de la poule A.

APS