PARTAGER
En match comptant pour la 14ème journée de la ligue 1, Guédiawaye Fc s’est incliné avant-hier, samedi 13 avril,  devant l’Us Ouakam par un but à zéro au stade Amadou Barry. Si cette victoire à valeur de rachat a permis au Ouakamois de s’éloigner de la zone de relégation,  le club de Guédiawaye peine lui à  quitter la dernière place du tableau, synonyme de relégation.
Après quatorze journées de Ligue du championnat de la Ligue 1, Guédiawaye Fc n’a toujours pas trouvé la bonne formule à domicile. Au stade Amadou Barry, le club n’a  enregistré qu’une seule victoire.  Depuis,  les  matchs à domicile se succèdent et se ressemblent. Nuls ou défaites. Cette fois ci, ce sont les Ouakamois qui ont infligé  aux protégés d’El hadji Rawane Mbaye, coach de Gfc, leur énième défaite samedi en match comptant pour la  14ème journée sur la plus petite marque (0-1).

Les Ouakamois retrouvent ainsi le sourire en sortant de la zone de relégation. Les se sont vite illustrés à la demi-heure jeu avec Alpha Bâ. Sur un corner, le défenseur central de l’Uso ne se fait pas prier pour loger le cuir au fond des filets. La rencontre, sera à l’image du début de championnat car le Gfc aura du mal à dissiper tous les doutes. Même ses réactions témoignent d’un groupe qui manque de répondants dans le jeu.

Les Banlieusards ont en effet perdu tous les duels face à leur adversaire du jour. Les partenaires d’Alexis Dogue  vont logiquement s’incliner  sur  la marque (O-1).A la dernière place, le Gfc ne donne pas ainsi à ses supporters des raisons d’espérer  et d’échapper à la  relégation en Ligue 2 la saison prochaine.

Pour El Hadji Rawane Mbaye,coach de Guédiawaye, cette défaite s’inscrit « toujours dans les séries de malheur ». Selon lui, « chaque série a une fin. Nous espérons qu’elle va nous sourire au moment de la reprise des matchs retour. Il y a une équipe qui commence à naître.

Pour trouver des solutions, il faut beaucoup de réflexions et d’analyses ». Toutefois, le coach invite aux Banlieusards de soutenir l’équipe. « Il y a toute une population qui doit les soutenir. Ils vont répondre un jour. Il y a des défaites qui soulignent d’autres victoires », dit-il.

 

Sudonline