PARTAGER

Le Casa Sports et le Diaraf s’affrontent, demain, au stade Aline Sitoé Diatta, pour un duel de gros calibres qui promet du spectacle comme d’habitude.
Entre les Sudistes et les Médinois, c’est toujours un classique de rêve. Une affiche qui ne laisse jamais indifférent, une date toujours cochée en gras dans les agendas des amateurs de grand spectacle. Mais, celle-ci est, sans nul doute, le plus alléchant des Casa Sports – Diaraf depuis la finale de la Coupe de la Ligue qui a opposé, il y a deux ans, les Verts de Ziguinchor aux Vert et Blanc de la Médina et a été remportée par les Sudistes. Comme toujours, depuis plus de trois décennies, les deux formations se retrouvent avec la même envie, la même détermination. Ce premier face à face de la saison entre le Casa Sports, champion en titre, et le Diaraf, club le plus titré du football sénégalais, ne devrait donc pas déroger à cette règle qui hisse toujours la passion au plus haut degré. Premier acte, demain au stade Aline Sitoé où le Diaraf effectue un déplacement pour le moins périlleux, malgré les difficultés des Sudistes en championnat cette saison. Le choc est d’autant plus alléchant que la posture des deux équipes au classement de cette Ligue 1 comporte tous les ingrédients d’une soirée colorée. Le Casa Sports, avec 4 matches en retard, est 10ème, le Diaraf 2ème. Et une semaine après leur élimination de la Ligue des champions, les champions en titre attaquent leur deuxième joker pour s’offrir une saison aussi lumineuse que celle qui les a vus monter sur le toit du football sénégalais. Un scénario parfait pour un match qui promet entre des Sudistes moins autoritaires que la saison dernière, et des Dakarois qui ont enfin retrouvé une dynamique de favori depuis quelques semaines. Avec leur retard au classement, les coéquipiers de Pape Maguette Gningue ont bien conscience que le moindre faux pas peut être fatal aux ambitions du club. Les hommes d’Abdoulaye Sarr peuvent donc s’attendre à une rude bataille dans un stade où ils ne se sont plus imposés depuis deux ans.

 

Lesoleil