PARTAGER

 La présence des binationaux au sein de l’équipe nationale de football du Sénégal n’est pas susceptible de provoquer un débat, a estimé jeudi l’ancien président de l’Olympique de Marseille (élite française), Pape Diouf.

‘’La question des binationaux ne peut pas susciter un débat. Ces binationaux, pour la plupart, leur présence répond à une demande qui leur a été faite’’, a-t-il dit, lors de la présentation à Dakar de son livre intitulé : « C’est bien plus qu’un jeu’’, à l’invitation du Club de la Presse’’ de l’Association nationale de la presse sportive du Sénégal (ANPS).

Après le match nul (1-1) concédé devant l’Angola, le 23 mars dernier, en éliminatoires de la Coupe du monde, plusieurs voix s’étaient élevées pour s’interroger sur l’implication des joueurs sénégalais nés en France, dans l’équipe nationale.

Certains observateurs estiment en effet que les joueurs binationaux ne mouillent pas le maillot quand ils jouent avec les Lions.

‘’Quand il y a une défaite, un résultat contraire, on essaye de trouver des réponses à des questions mal posées’’, a tenté d’expliquer Pape Diouf.

A ce propos, il a rappelé que le Sénégal ‘’ a connu une époque où faire venir les binationaux étaient tout à fait une difficulté’’. ‘’Aujourd’hui, on ne peut pas, nous semble-t-il, leur adresser les reproches parce que les résultats sont contraires’’, a-t-il estimé.

‘’ Il ne faut pas d’ores et déjà condamner cette équipe. Elle a encore un chemin à faire. Les objectifs ne sont pas sans doute atteints, mais il faudrait rappeler aussi que si le Sénégal n’a réussi rien qu’un nul à l’extérieur, c’est parce qu’il y a eu des erreurs qui ont été commises ‘’, a expliqué l’ancien agent de joueur.

Pape Diouf a conseillé de ‘’ne pas se défausser les uns sur les autres’’. Ce qu’il faut, dit-il, c’est ’’assumer le résultat collectivement’’.

Parlant du match disputé à Conakry contre l’Angola, il a affirmé que le résultat aurait été autre, s’il avait été joué à Dakar, dont l’unique terrain aux normes FIFA, le stade Léopold Sedar Senghor, est suspendu, depuis les incidents du match Sénégal-Côte d’Ivoire du 13 octobre 2012.

Après Marseille le 8 mars, Dakar est la deuxième ville où l’ancien président du club phocéen a fait face à la presse au sujet de son livre autobiographique, qui est en vente dans des librairies dakaroises.

Ancien reporter sportif et ancien agent de joueurs, Diouf a intégré la structure dirigeante de l’OM en 2004 comme manager général.

Il a ensuite gravi les échelons, atteignant la présidence du club le plus populaire de France en 2005. Il a quitté la présidence de l’OM en 2009.

APS