PARTAGER

La double confrontation entre le Casa Sports et le Stade Malien a démontré les efforts à faire pour ériger des clubs d’élite au Sénégal, où le professionnalisme est à l’état embryonnaire, selon Ibou Diarra, l’entraîneur du Casa Sports qui s’entretenait avec l’APS.

 »Nous avons vu le fossé qui nous sépare de ce qui se fait en Afrique’’, a expliqué le technicien qui commentait ainsi le parcours en compétition africaine de son club.

Le Casa Sports a été éliminé en 16èmes de finale de la Ligue africaine des champions en perdant ses deux matches devant le Stade Malien : 1-2 et 0-2.

Ibou Diarra a rappelé que son adversaire a réussi à visionner les deux matches du Casa Sports, alors que son équipe avait peu d’informations sur le Stade Malien.  »Cela montre toute la différence », a-t-il dit, appelant les dirigeants à faire des efforts pour ériger des clubs modernes.

 »Nous devons nous organiser davantage et donner plus de contenu à notre professionnalisme
en cherchant des moyens’’, a-t-il dit, rappelant que le champion du Sénégal en titre est allé en Ligue africaine des champions sans ses meilleurs éléments.

Avec les départs de Paul Emile Tendeng (Roumanie), Pape Sané (France) et Aliou Coly (Norvège), le Casa a été obligé de refaire toute sa ligne d’attaque.

Dans ce contexte,  »la mission devenait quasiment impossible », a-t-il ajouté.

Pour bien figurer dans cette compétition, il faudrait que les clubs soient capables de garder leurs meilleurs éléments, selon Ibou Diarra, qui reconnait  »la difficulté d’un tel exercice dans des clubs qui manquent de tout ou presque ».

 »C’est le prix à payer pour aller de l’avant », a-t-il dit, estimant que ce parcours en Ligue des champions  »a été une belle expérience » pour les joueurs, le staff technique et l’ensemble du club.

aps