PARTAGER

Le Collectif René Sanchez pour la sauvegarde et la réhabilitation du stade Assane Diouf compte maintenir « une mobilisation permanente » pour la reconstruction dudit stade.

« Nous devons maintenir la mobilisation permanente, massive, sans faille dans la discipline, avec vigilance et lucidité pour la concrétisation de notre objectif qui est la reconstruction d’un stade Assane Diouf ultramoderne et multifonctionnel », a soutenu Moussa Diadjiou, un des porte-parole du collectif, samedi, lors d’une assemblée générale.

Selon lui, les travaux de reconstruction du stade Assane Diouf vont permettre à une dizaine de milliers de citoyens sénégalais de travailler durant près de quatre ans. « Une fois le stade livré, 3.000 jeunes pourront annuellement disposer de l’encadrement de l’éducation et de la formation nécessaire pour s’approprier les métiers du sport qui s’offrent à eux », a-t-il ajouté.

Le stade pourrait abriter, au-delà du football, des cours d’éducation physique pour les élèves et des séances d’encadrement et de formation pour de jeunes basketteurs, athlètes, handballeurs, boxeurs, judokas, lutteurs, entre autres, a-t-il dit.

Le collectif a par ailleurs déploré « le silence alourdissant des instances sportives » et a invité la Fédération sénégalaise de football (FSF) et l’Organisation nationale de coordination des activités de vacances (ONCAV) à s’impliquer davantage dans leur lutte.

Il a toutefois salué la décision du président de la république, Macky Sall, d’ordonner l’arrêt des travaux du futur centre commercial prévu sur le site du stade Assane Diouf « pour y voir plus clair dans ce dossier ».  »Avec cette décision, un une étape vient d’être franchie », selon le collectif.

M. Diadjou a dit que le collectif a réalisé une maquette du futur stade Assane Diouf qui devrait comprendre des terrains de football, de basket, une piste d’athlétisme, un centre socioculturel pour la formation des jeunes filles à la broderie, aux techniques culinaires et à l’informatique.

Le collectif estime que l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) et la mairie de Dakar pourraient participer au financement de ce projet de reconstruction.

APS