PARTAGER

Battu (2-1), le 17 mars dernier au stade Demba Diop, le Casa Sports va effectuer une opération commando ce week-end à Bamako pour franchir la montagne que constitue le Stade Malien.

Un challenge auquel, l’entraîneur du club fanion de Ziguinchor, Ibou Diarra croit. «Si le Stade Malien a marqué deux buts ici, nous aussi, nous pouvons faire de même au match retour chez eux à Bamako. Car, la manche retour sera aussi difficile pour eux», avait averti le technicien sénégalais, obligé de faire avec l’absence de plusieurs «cadres» de son équipe, partis monnayer leur talent à l’Extérieur.

Toutefois, il faudra plus que de simples déclarations aux Sudistes pour venir à bout du vainqueur de la coupe de la confédération en 2009, contre le club algérien de l’ES Sétif.

Finaliste de la Ligue des champions en 1964, le Stade Malien, tout comme le Casa Sports, a connu des joueurs emblématiques tels Salif Keïta (ballon d’or africain en 1970), Mamadou Keïta dit Capi, entre autres.

Plus expérimenté, mieux outillé, le club de Bamako a déjà pris une sérieuse option pour les 8èmes de finale. Un simple match nul suffit d’ailleurs aux protégés du technicien français, Janin Pascal, pour mettre le club sénégalais sur la touche. Le Casa Sports qui a un pied dehors devrait donc batailler ferme pour réussir un hold-up face à l’ogre malien.

Ce qui reste dans le domaine du possible. En témoigne, le carton plein réussi en 8ème de finale de la coupe de la Ligue, face à Diambars qui a été battu (3-0) au stade Aline Sitoe Diatta. Même si Diambars n’est Stade Malien.

 

Sdonline