PARTAGER
Fallou Diagne
Fallou Diagne

Furieux contre le «manque d’engagement» de certains joueurs qui viennent en sélection nationale, Fallou Diagne ne caresse pas les «Lions» dans le sens du poil.  

C’est ce qu’on appelle un véritable coup de gueule. Face au débat sur le «manque d’engagement» de certains lors du triste match nul face à l’Angola (1-1), en marge de la 3e journée des éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014, Fallou Diagne (23 ans) n’y va pas par le dos de la cuillère. Le défenseur sénégalais de Fribourg (Bundesliga, Allemagne), qui n’a encore jamais joué avec l’équipe nationale A, tacle sévèrement les joueurs qui viennent en sélection depuis quelque temps. Il ne caresse pas les «Lions» dans le sens du poil. «Quand on vient en équipe nationale, dit-il, on doit y aller avec l’envie et la détermination de vaincre, mais pas seulement pour le plaisir de venir. Un joueur sélectionné doit mesurer toute l’attente du peuple et se dire qu’il n’a pas le droit de faire n’importe quoi avec le maillot national. Les Sénégalais attendent beaucoup de l’équipe et chaque joueur doit venir en sélection avec cette motivation de tout donner, quitte à laisser sa vie sur le terrain.» Sauf que pour le joueur de vingt-trois ans, «il manque encore l’amour du maillot à certains» footballeurs sénégalais.

«La fierté d’être Sénégalais, ce n’est pas à travers les micros qu’on doit la montrer, mais plutôt sur le terrain», rugit le sociétaire du club de la Forêt Noire (sud-ouest de l’Allemagne). Avec le nombre important de joueurs sénégalais qui évoluent en Europe, celui qui a disputé quelques matches avec les Olympiques, lors des éliminatoires des J.O de Londres 2012 trouve «inacceptable» que le Sénégal n’ait pas «gagné quelque chose» jusque-là. Il déclare : «En club, quand certains diront qu’ils ont remporté un trophée ou une Coupe avec leur pays, qu’est-ce qu’un Sénégalais pourra dire à son tour ? Rien. On continue toujours à parler de 2002, mais ça commence à faire longtemps. La nouvelle génération doit écrire sa propre page dans l’histoire.»

Furieux de constater le manque d’envie dans la «Tanière», Fallou Diagne critique la nonchalance affichée par certains joueurs quand ils viennent en équipe nationale. «Un joueur qui dispute une trentaine de matches de Championnat avec son club doit pouvoir se sacrifier pour les trois ou quatre matches qu’il joue avec sa sélection nationale», estime le Médinois. Il poursuit : «Les joueurs doivent montrer aux supporters qu’ils ont plus envie de gagner que n’importe quel autre Sénégalais. Ils doivent mouiller le maillot et faire en sorte que tout le monde soit fier d’eux après chaque match. S’ils le font, et qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, on ne pourra leur faire aucun reproche parce tout le monde saura qu’ils ont tout donné.»

«Si je suis sélectionné…»

Performant avec le SC Fribourg qu’il a rejoint en 2012 pour un bail de quatre ans et demi, Diagne n’a pas encore eu l’honneur d’être sélectionné avec l’équipe nationale. «Mais je ne suis pas pressé, ça viendra quand le moment sera venu», répond-il. Mais déjà, il avertit : «Je ne sais pas si j’aurai un jour cette chance, mais ce dont je suis sûr, c’est que je donnerai tout pour l’amour que j’ai du maillot national. Je me battrai jusqu’à mon dernier souffle pour le Sénégal parce que je n’ai que mon pays.» Pointant du doigt le «manque d’engagement» de son équipe après le match nul face à l’Angola (1-1), Alain Giresse appréciera.

 

GFM