PARTAGER

Le sport, le parent pauvre au Sénégal ? Cela semble bien s’illustrer. Lors de son traditionnel discours à la nation, le président de la république a tout bonnement laissé en rade le sport. 


Tout sauf sport, peut-on dire. Décidemment, le sport ne hante pas les pensées du président de la république Macky Sall. En tout cas, si l’on se fie à son discours à la nation livré, à la veille de la célébration de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale, le sport vient peut être au bas du tableau de ses préoccupations.
Durant plus d’un quart d’heure de speech, le chef de l’Etat n’a nullement évoqué les problèmes latents que connait le monde sportif sénégalais. Ils sont énormes, pourtant. Pour le manque d’infrastructures sportives adéquates, les délocalisations des rencontres de l’équipe nationale du Sénégal, suite à la suspension du stade Léopold Sédar Senghor, en sont une parfaite illustration.
Hormis le sport roi, le basketball souffre également. Même si le Sénégal a remporté la finale de l’Afrobasket U 18 à domicile, l’organisation de ce tournoi a été des plus désastreuses, avec les couacs enregistrés. Des matchs interrompus, à plusieurs reprises, à cause d’une panne de projecteurs et d’un panneau qui s’était brisé, sans parler de cette pluie fine qui était venue inonder le stadium. A cette liste, on pourrait ajouter la question de l’arène nationale qui reste toujours à l’état de projet. La liste est loin d’être exhaustive mais, les sportifs et autres amateurs peuvent encore prendre leur mal en patience car, ce discours à la nation, troisième du genre depuis l’arrivée de Macky Sall au trône de l’Etat, dit que le sport n’est peut être pas aussi important que les autres domaines.

Rewmi