PARTAGER
Toujours à la recherche de son premier but en 2013, Ibrahima Touré espère trouver le déclic lors de la réception de Niort, vendredi, dans le cadre de la 31e journée de Ligue 2.

 

En panne de confiance, l’attaquant sénégalais doit également regagner celle de Claudio Ranieri, qui n’hésite plus à lui préférer Emmanuel Rivière.

 

« Perdu : attaquant en pleine bourre et martyrisant toutes les défenses de Ligue 2 durant six mois. Disparu depuis le mois de janvier. Signe distinctif : un maillot rouge et blanc sur les épaules. Forte récompense d’un mécène russe pour tous renseignements permettant de le retrouver. » Si l’AS Monaco n’en est pas encore au point de passer une petite annonce qui pourrait ressembler à celle-ci, le cas d’Ibrahima Touré inquiète légitimement. Après une première partie de saison incroyable, ponctuée de 16 buts lors de la phase aller en championnat, le sénégalais est muet depuis la reprise. Incapable de marquer le moindre but, il avoue lui-même être « agacé de cette situation« .

Mais comme je l’ai toujours dit je ne suis pas du genre à douter, a prévenu l’ancien joueur de Metz sur le site officiel de l’ASM. Dans une saison il y a toujours des moments plus difficiles que d’autres. On peut baisser les bras ou se battre, j’ai choisi la deuxième solution. Je continue de travailler et d’apporter ma contribution à l’équipe. Mon objectif ne change pas, être champion et meilleur buteur de Ligue 2 en fin de saison. » Heureusement, la panne de son meilleur buteur n’a pas été préjudiciable au club du Rocher, toujours solidement installé sur le fauteuil de leader à l’aube de la 31e journée et de la réception de Niort. Une rencontre que Touré pourrait débuter encore une fois sur le banc, comme cela a été le cas à Châteauroux (29e journée) et surtout à Nantes, pour le choc de la semaine passée.

Rivière, le nouveau rival

A chaque fois, Claudio Ranieri lui a préféré Emmanuel Rivière, débarqué cet hiver de Toulouse. « Je le vis bien car le haut niveau sans concurrence cela n’existe pas, a expliqué le sénégalais, pas perturbé par ces choix. Tout le monde à son rôle à jouer et chaque joueur est important pour le collectif. Cela nous permet de progresser et surtout de faire progresser l’équipe. » Avec seulement deux buts inscrits en sept apparitions depuis son arrivée, il faut préciser que Rivière n’a pour le moment pas l’étoffe d’un rival insurmontable pour Touré. Valère Germain, le troisième attaquant de l’effectif monégasque, a lui pleinement profité de la baisse de régime de son coéquipier, récupérant le brassard de capitaine et s’affirmant comme l’atout offensif principal de Monaco en 2013 avec six réalisations.

« Il lui suffit d’un but pour repartir de l’avant. C’est toujours chiant à obtenir ce petit déclic, a analysé Germain, pas inquiet concernant Touré, sur lequipe.fr la semaine passée. A l’entraînement, il travaille toujours de la même manière et dans le vestiaire il ne boude pas« , a-t-il ajouté, affirmant que le plus important restait le collectif : « Tant que l’équipe gagne, ce n’est pas très important de savoir qui marque. Touré, Germain ou Rivière, on s’en fiche. » S’il ne l’avoue pas, Touré a mal vécu le dernier mercato hivernal, alors qu’il était annoncé en partance pour le Shakhtar Donetsk. Finalement resté en Principauté, le joueur débarqué en janvier 2012 en provenance des Emirats Arabes Unis a mal vécu ce transfert avorté et a sûrement été déstabilisé par les rumeurs. Il aurait tout intérêt à se réveiller d’ici la fin de la saison. A voir la liste des joueurs pistés par Monaco en vue de la saison prochaine (Tevez a été annoncé), les places vont valoir très cher sur le Rocher dans les mois à venir.

 

Sport.fr