PARTAGER

Grâce au cinquième but en quatre journées de Ligue 1 de son arrière gauche, Babacar Seck, le Jaraaf (21 pts) prend la deuxième place du Championnat et talonne Diambars (24 pts) qui ne le devance plus que de trois unités. 

 Après la victoire de Ngor (2e, 20 pts) sur Ouakam (2-0), lundi, aussi bien le Jaraaf que l’AS Pikine (18 pts) se devaient de gagner pour espérer accrocher la deuxième place, la première étant bien consolidée par Diambars (24 pts) grâce à son succès sur Assur (3-1). Et, si les Pikinois – désormais quatrième – n’ont pu obtenir mieux que le nul devant Yeggo (0-0), les Médinois, eux, n’ont pas laissé échapper leur chance. En dépit d’un début de match difficile, la formation entraînée par Abdoulaye Sarr a su arracher les trois points de la victoire devant une bonne équipe de l’AS Douanes qu’elle avait déjà battue vendredi, en trente deuxième de finale retard de la Coupe du Sénégal, grâce à une réalisation de Babacar Seck à la 89e minute (1-0). Menés avant la pause sur un penalty transformé par Ass Ndoye (43e), les Vert et Blanc ont su trouver les ressources pour renverser la tendance. Et encore une fois, comme il le fait depuis quatre matches, c’est l’arrière gauche de vingt-trois ans qui a délivré les siens, en inscrivant le but de la victoire dans les arrêts de jeu (90+2). Sur une belle ouverture de Pape Macou Sarr suite à une remise de Ciré Dia, le défenseur des Vert et Blanc tétanise la défense des Gabelous avec une frappe chirurgicale du gauche (1-2). C’est son cinquième but consécutif en trois journées de Ligue 1, le sixième en quatre matches toutes compétitions confondues dont un triplé réussi devant Assur (3-1, 10e J.).

De la joie et des larmes

Devant ce énième exploit, le natif de Kirène n’a pu retenir ses larmes à la fin de la rencontre. «J’ai tout de suite pensé à mes parents sérères safène qui m’ont vivement accueilli quand je suis parti au village, ce week-end. Il n’y a pas d’électricité, mais tous, même les plus petits écoutent les matches à la radio», confie le défenseur de vingt-trois ans, bien préparé «psychologiquement» avant le coup d’envoi. «Pas plus tard que ce matin (hier, Ndlr), nous avons travaillé avec lui sur la gestion de la pression», affirme son entraîneur. Abdoulaye Sarr ajoute : «C’est un atout offensif pour l’équipe et nous partons sur ses qualités pour faire la différence. Je le laisse libre pour lui permettre de s’exprimer sur le terrain et ce qu’il est en train de faire est extraordinaire. Il est sous une bonne étoile.» A l’arrivée, il n’a pas eu tort de donner carte blanche à sa pépite, puisque l’astre permet à son équipe d’occuper, seule, la deuxième place de la Ligue 1 avec un total de vingt-et-un points, à seulement trois unités du leader, Diambars. A lui seul, Babacar Seck guide le Jaraaf, champion en 2010 et plus que jamais sérieux candidat au titre.

 

GFM