PARTAGER
Ousmane Mane
Ousmane Mane

Depuis la venue d’Alain Giresse à la tête des «Lions», Ousmane Mané a perdu sa place de titulaire conquise sous l’ère Joseph Koto. Mais le jeune portier de Diambars «peut relever le défi», estime son mentor, Amidou Diop.
Titulaire sous l’ère Joseph Koto, Ousmane Mané n’a pas disputé la moindre minute depuis l’arrivée d’Alain Giresse sur le banc de l’équipe nationale. Un banc sur lequel le jeune (23 ans) portier de Diambars avait fini de reléguer ses aînés, Khadim Ndiaye et Bouna Coundoul, ce dernier étant devenu le préféré de l’entraîneur français depuis deux matches, face à la Guinée en amical (1-1) et lors du match nul de samedi face à l’Angola (1-1). Une nouvelle situation pour celui que Koto avait aligné successivement face au Libéria (2-1) à Dakar et en Ouganda (1-1), en éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014, et lors de la double confrontation face à la Côte d’Ivoire (défaites 2-3 et 0-2). N’empêche, son mentor à Diambars ne perd pas espoir de le voir revenir au premier plan. «Seul le travail paie et je suis sûr qu’il peut relever le défi, déclare Amidou Diop. Il va persévérer. A Diambars, il est bien entouré et évolue dans un bon cadre propice à son épanouissement. Mentalement, c’est un garçon fort.»
Et si Bouna Coundoul semble bien parti pour continuer de bénéficier de la confiance du sélectionneur national et de son staff, le préparateur des gardiens de Diambars croit fermement que le statut de titulaire indiscutable est loin d’être déjà dévolu à l’un des principaux concurrents à ce poste. «Pour moi, Bouna Coundoul n’est pas en avance sur les autres», estime l’ancien portier international sénégalais qui précise toutefois : «Ce n’est pas parce qu’Ousmane est mon protégé, mais parce que c’est la vérité». «Par rapport à l’âge, les autres sont plus expérimentés que lui (Mané), mais ce n’est pas le cas si l’on parle du terrain. Il a déjà disputé de grands matches avec l’équipe nationale et participé aux Jeux olympiques (Londres 2012).» Un parcours qu’Amidou Diop loue déjà. «Dans toute l’histoire du football sénégalais, dit-il, c’est la première fois qu’un garçon de son âge débute en équipe nationale. Il n’a pas encore vingt-trois ans (il est né le 1er octobre 1990, Ndlr). J’ai fait dix ans de carrière en sélection, de 72 à 78 ans, en compagnie de Demba Mbaye et Toumani Diallo, mais personne d’entre nous n’avait débuté avant vingt-cinq ans.»
Avec Bouna Coundoul et Cheikh Tidiane Ndiaye, voire Khadim Ndiaye, Ousmane Mané ne manque toutefois pas de sérieux concurrents au poste de dernier rempart des «Lions». Qu’il s’agisse de l’actuel pensionnaire de la formation chypriote d’Enosis Neon Paralimni, de celui du Stade Rennais ou encore du portier du Jaraaf, personne ne semble prêt à lâcher du lest. Et quand la vague de gardiens du Championnat local s’y ajoute, la concurrence n’en demeure que plus serrée. Mais dit-on, c’est cela qui permet au footballeur de se surpasser et à une équipe de se bonifier. Au moment où l’on s’interroge sur la détermination et l’engagement de certains sous le maillot national, Giresse ne souhaite que voir ça.

 

L’observateur